AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Apple MacFear
Déesse des Pestes
avatar


Age : 23
Localisation : France

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Lun 16 Aoû - 13:55

La neige se déposa sur le bout de son nez qui dépassait de son écharpe aux couleurs vert et gris, celle de sa maison. Il faisait un temps froid, mais pas sec, un temps de début d'hiver. Le soleil, haut derrière les nuages gris, donnait tout de même une certaine luminosité qui se reflétait sur le sol tout blanc et poudreux, l'obligeant de temps à autre à plisser les yeux. Des yeux verts. Comme la pomme dont elle portait le Prénom à l'anglaise. Drôle de coïncidence. Sauf qu'il n'y avait pas de coïncidence dans le monde de la Magie. Son arrière grand-mère MacFear, portait le Prénom de Rasberry. Cette tradition sautait deux génération, il en serait donc ainsi, pour sa première petite fille, celle qui porterait le Nom de MacFear.
Encore faudrait-il qu'elle ait un enfant; ce qui, pour le moment, ne lui traversait pas l'esprit.

Non, elle était occupée à travailler le prochain coup des Maraudeuse. Seule dans le parc, les autres préférant sûrement les premières chaleur du feu de cheminé, elle avança sans regarder devant elle, sans savoir qu'elle allait droit sur le Terrain de Quidditch. Tendis que sa tête marchait à cent à l'heure, les flocons s'accrochaient à ses cheveux bouclés attachés en une queue de cheval haute, et aux quelques mèches rebelles qui tombaient devant ses yeux verts perdus dans le vague. La nouvelle "règle" de la Réforme était tombée il y a peu, et elle n'était pas du tout apprécié des filles et d'autres personnes de l'Ecole. Les Maraudeuses devait faire quelque chose qui laisserait entendre très fort que celle-ci n'était pas la bienvenue. Tout comme Ombrage et Malfoy.

Elle avait entendu tellement de chose sur cette famille, et elle en avait vu tellement qu'elle ne les supportait plus. Entre l'andouille qui faisait la complétion avec Potter, le pseudo beau garçon réformateur pour lequel les filles de tout Poudlard se tenaient à carreaux et délaissaient leur petits copains, et leur famille de "Sang-Pur", qui autre fois ne supportait pas les "Sang-De-Bourbre", peut-être même aujourd'hui encore. Elle avait en horreur cette insulte. Ces parents n'étaient pas tous deux Moldu, mais si il y avait bien quelque chose qu'elle ne supportait pas, c'était les Sorciers qui se pensaient supérieur avec leur sang. Elle défendait, elle, la Sérpentard, toute personne se faisant insulter de la sorte. Jaune, Bleu, Rouge, ou vert. Et elle s'assurait que l'autour, même de sa propre maison, soit bien puni, et ajouté à son tableau de chasse pour le restant de sa vie.

Elle leva les yeux un instant sortit de ses pensées par un sifflement du vent, et se rendit alors compte que celui-ci était produit par la forme du Terrain où la MacFear fut surprise de se trouver. Elle tourna sur elle même, créant un tourbillon de neige lever par ses mouvements et le vent naissant. Ses cheveux partirent vers le sud tendis qu'elle était dos à l'élémentaire. Elle était tranquille pour un moment. Apple sortit sa baguette, et s'entraîna à toutes sortes de sorts et enchantement. A un moment où elle s'ennuyait et qu'elle était assise sur le sol neigeux, en face de cibles de neige, elle lança une boule de neige du bout de sa baguette, qui réduit une partie de la cible en miette.

Ainsi elle passa un temps, à viser les cibles de sa baguette et à passer toutes sa colère et autres dessus, mais bientôt, des pats se firent entendre derrière elle. La brune n'osa pas se retourner, assise ainsi sur la neige, à jouer seule comme une gamine. Bien piètre posture pour la cinquième année. Dans tour de main elle sortit son miroir, fit mine de se regarder, et apparu dans le reflet le personnage intriguant. Alors déjà la neige qui se trouvait sous sa personne se figeait en glace et ses yeux étaient parcourus d'éclairs. Elle fit comme si elle ne l'avait pas vu et continua son manège. Sur tous ceux qu'il y avait à la Prestigieuse Ecole de Magie Infestée de Marionnettes du Ministère, il fallait que le personne qui s'en vint ici fut celle qu'elle détestait le plus après Ombrage et les Malfoy…

_________________

~Ne m’importune pas, Invité...~
« Les hommes c'est comme une boîte de Dragées Surprises, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy Montrose
Poufsouffle
avatar


Age : 26

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Mer 18 Aoû - 18:03

    De son lit, le Poufsouffle jeta un coup d’œil par la fenêtre. Une journée idéale pour faire s’entraîner à voler ; des conditions que beaucoup jugeraient comme n’étant pas optimales, et c’est la raison pour laquelle Alexy considérait cette journée comme parfaite. La météorologie est une science inexacte et incontrôlable. Combien de fois son équipe avait joué sous un temps exécrable ? Bien trop souvent à son goût. Il fallait faire des conditions atmosphériques un véritable atout ! Pluie, vent, chaleur, froid, neige, tout cela devait être des facteurs de réussite et non d’échec ! Le capitaine de la maison du Blaireau avait vivement conseillé à ses joueurs de s’entraîner par tous les temps, chose qu’il allait faire dans quelques minutes. Peut-être aurait-il la chance de rencontrer un ou plusieurs membres de son équipe ? Si ce n’était le cas, il ferait en sorte que ce simple conseil rentre dans les habitudes de la team…

    Il attrapa son balai, qu’il déposait toujours près de la tête de son lit, enfila ses protections et sortit du dortoir. Il traversa non sans mal la Salle Commune des Jaunes et Noirs, emplie par de nombreux élèves qui fuyaient la froideur de l’hiver. En chemin, il salua quelques individus, bavarda avec les moins pressés d’entre eux. A Poudlard, où que vous alliez, vous croisez toujours quelqu’un dont la tête ne vous est pas inconnue.

    Lorsqu’il atteint enfin la colossale porte d’entrée en bois massif, une heure — oui, facile — s’était écoulée depuis son départ de la Salle Commune. Il déposa soigneusement son bonnet sur sa tête en faisant attention de ne pas laisser ses oreilles à l’air libre et enroula l'écharpe aux couleurs de sa maison autour de son cou. Il faisait froid dehors, toutefois la neige avait cessé de tomber, et la précédente chute de gros flocons avait recouvert le sol d’une épaisse couverture de neige. Quoi de mieux que de marcher dans la neige et d’entendre le doux son de milliers de flocons écrasés par une semelle ? Marcher sur des feuilles mortes et croire qu’un individu invisible mangeant des chips vous suivent ? Pouah ! Mais c’est déjà mieux qu’être totalement trempé à cause de la pluie… Et puis, grâce à la neige, on peut suivre les pas d’une personne inconnue. Il arrivait parfois à Alexy de faire cela, rien que pour connaître l’auteur de cette chasse au trésor improvisé. Parfois, la neige s’invitait et celle-ci compromettait le jeu. Dans ce cas il espérait que sa connaissance des lieux soit irréprochable, car il ne voulait pas qu'on le retrouve en train d'hiberner dans un bloc de glace !

    Au loin, il discerna déjà le terrain de Quidditch. Une bourrasque glacée obligea le garçon à mettre une main sur son bonnet et à baisser la tête pour éviter de suffoquer. C’est alors qu’il remarqua sur la neige des empreintes. Une chose était sûre, il n’allait pas se retrouver tout seul ! Cette découverte le rendit joyeux, et il décida d’accélérer le pas. Arrivé au niveau des tribunes, il distingua une masse noire sur le terrain lançant à l‘aide d‘une baguette des boules de neige. Il le savait, il n’allait pas être seul !!!


      « Où est ton balai ? » déclara le Poufsouffle alors qu’une rafale s’engouffra sur le terrain.


    Pas de réponse. Sa question avait dû être étouffée par le vent. Cependant plus il s’approchait, et plus ses espoirs que ce soit un joueur qui se tenait assis s’envolait. Il comprit mais très tard que la personne à qui il s’adressait n’était autre qu’un Serpentard, reconnaissable à son écharpe rayée verte et noire. Ou plutôt une Serpentard, à moins que ce ne soit un garçon avec des cheveux longs. Il sortit sa baguette, passa à une dizaine de mètres de l’inconnu sans même le regarder et murmura une phrase, presque inaudible :

      « Gamine ! »


    Il avait tranché, c’était une fille. Dans le cas contraire, il n’avait qu’à se couper les cheveux ! Il continua tranquillement son chemin mais, au milieu de terrain, se retourna brusquement en direction de l’énigmatique individu.

      « Expelliarmus ! »


    Prudence est mère de sureté. Il vit la baguette voler dans les airs, comme avait fait les flocons des heures plus tôt. Il dévisagea l’inconnue. Un sourire illumina son visage, pas un de ses sourires niais, mais un sourire triomphal. Une pensée lui traversa alors l’esprit : il avait drôlement bien fait de désarmer une harpie pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apple MacFear
Déesse des Pestes
avatar


Age : 23
Localisation : France

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Dim 22 Aoû - 14:04


Et voilà, il fallait évidement que tout est tourné à son désavantage. Déjà que se fut Lui, la mettait hors d’elle, mais qu’en plus, elle n’ai pas eu le temps de lui soufflé une insulte qu’il lui soufflait le mot « Gamine », et qu’il l’a désarmait. Sa baguette vola à cinq mètres derrière elle. Et à ce moment, il n’y avait aucun moyen d’aller la récupérer avant de se faire cuire ou même rôtir. Pure humiliation pour une verte. Et l’autre jaune qui avait deux ans d’apprentissage ne lui laissait même pas sa baguette. En peu de secondes, il c’était retourné, son balais à la main, et l’avait rendu inoffensive d’un pauvre « Expeliarmus ». Espèce que Poux ! Rien de loyal là dedans ! Mais de toute façon, si il voulait jouer sur cette corde-ci, il allait vite perdre; il ne savait pas à qui il se frottait le Pouffy !


Elle le fixait, son visage ravagé par une colère sourde. Son sourire à gogo et à trois francs six sous comme disent les français, la rendait plus furibonde encore. Il avait sa baguette à la main, et son balais, pas elle. Concrètement, il avait trois avantage. Son âge, sa baguette, son balais. La MacFear était toujours assise dans la neige, et ses yeux avaient foncé au presque-noir de part sa mauvaise humeur. La glace formé sous elle, commençait à refroidir ses doigts, et le froid environnent faisait ressortir de sa respiration accélérée des nuages de buée. Elle n'avait pas peur, non. Il ne lui était pas arrivé d'avoir réellement peur depuis le fameux jour où elle avait reçus la seule et unique gifle de sa vie, et au moment ou sa première lettre en tant qu'élève à Poudlard était arrivée, avec une mauvaise surprise. Mais ça, personne ne pouvait comprendre.

Tink était la dernière de la Famille, en attendant un cousin ou une cousine, ou même pas. Ca pourrait être pire. Elle serait toujours comparée à celui ou celle-ci. " Et bien tu vois ton cousin, lui, est allé chez les Gryffondors…", "Elle à bien réussit sa vie, elle…". Non personne ne pouvait réellement comprendre. Sa famille avait été intolérante, d'une façon complète et radicale. Même pas une chance, même pas une preuve. La seule qui la comprenait, c'était son arrière Grand-mère, Rasberry, avec qui elle n'avait pas parlé depuis sa seconde année. Ou même, Victoire, la femme de son Oncle qui lui montrait quelques signes de compassion, que la jeune fille prenait plus pour de la pitié. Ou alors son Grand-Oncle complètement loufoque, qui ne lui avait jamais rien dit. Oui, il fallait qu'elle retourne chez elle, et vite.

Mais à ce moment précis, ce n'était pas chez ses parents qu'elle était, mais devant un suicidaire de Pouffssoufle en septième année, qui lui avait enlevé sa seule façon de faire de la magie, et qui comptait sûrement lui mettre un sacrée raclée. Et bien, dans ses rêves ! Elle passa ses mains dans son dos, et commença à les mouvoir de façons régulières. Pendant ce temps, Apple dévisageait son adversaire. Il était en tenue pour s'entraîner. Par un temps pareil ? Fougueux le Pouffy ! Il rêvait vraiment d'avoir la coupe cette année ! Sauf qu'il avait l'air de s'entrainer tout seul. Pauvre choux… Un sourire sarcastique s'afficha alors sur les lèvres fines de la verte.

"- Tu as dis "Gamine", le Fanatique ? Et bien il semblerait que tu ne saches pas à quel point c'est vrai ! "

Elle se leva, et ses deux maisn envoyèrent deux projectiles en plein sur le visage et l'épaules du Montrose. Des boules de neige. Gamine ? Tout à fait ! Ce n'est pas pour rien que quelque part elle avait accepté d'être Maraudeuse. Ne jamais sous-estimer son adversaire, ça ne fonctionnait que dans son sens bien évidement. Pendant qu'il s'affairait à enlever la neige de ses yeux, de toutes les façons qu'il put, elle courut et se jeta dans la neige pour éviter un sort, et attraper sa baguette. Sa chère et heureuse baguette. Maintenant, ça allait être intéressant.

_________________

~Ne m’importune pas, Invité...~
« Les hommes c'est comme une boîte de Dragées Surprises, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy Montrose
Poufsouffle
avatar


Age : 26

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Mar 31 Aoû - 22:00

    La victoire était au bout de sa baguette. Il n’allait pas l’humilier, bien sûr que non ou rien qu‘un peu, un tout petit peu. Il voulait que l’humiliation de cette harpie se fasse en public, pas sur un terrain de Quidditch totalement désert. Ce qu’il allait faire ? Il en avait une vague idée, mais rien de très concret. L’accrocher en haut d’un but et de la laisser là sans sa baguette ? C’était une idée, mais alors il ne s’entraînerait pas aujourd’hui. Entendre un fille crier à plein poumons des menaces et des insultes, cela déconcentre plus que légèrement. Or un entraînement productif et réussi se base essentiellement sur la concentration du joueur qui s’exerce. C’était donc perdu d’avance. S’il avait apporté les cognards, sûr que le Poufsouffle se serait amusé à voir la Serpentard se “battre” contre de balles magiques, sans baguette naturellement.

    Tout en réfléchissant au supplice qu‘il allait infligé à sa meilleure ennemie, il ressenti un étrange sentiment envahir sa personne. Il mit à certains temps à mettre un nom sur ce dernier. Du dégoût ? Non ! Pas du tout ! Il en avait fantasmé de ce moment, voir la Pendarde devant lui, désarmée ; mais même des ses rêves les plus fous il ne l’avait imaginée agenouillée. Quiconque aurait été à la place d’Alexy aurait fait comme lui à présent : jubiler. Mais ce n’était pas de la jubilation qu’il avait éprouver quelques secondes plus tôt, c’était un sentiment plus triste, plus mélancolique. De l’ennui ? Pas tout à fait cela, bien que s’y était poche. De la consternation ? Il ne fallait pas abusé non plus, tout de suite les grands mots/maux. Il avait imaginé ce moment plus physique, plus actif, plus pétulant aussi. Ce qui arrivait était tout le contraire. Un jeune femme se tenait devant lui, immobile, son seul moyen de défense à plusieurs centimètres d’elle-même. C’était loin d’être aussi réjouissant qu’il ne l’avait supposé. Aucune sensation forte, aucune montée d’adrénaline, c’était… C’était… eh bien, c’était tout simplement décevant. Voilà ce qui avait émergé chez le Lord il y à plusieurs secondes, de la déception. C’était beaucoup trop simple. Un sort et ce “duel” allait prendre fin ;la victoire serait loin d’être aussi jouissive que prévue. Sa baguette toujours tendue en direction de la jeune femme, le Poufsouffle était assailli par une question : devait-il rendre la baguette à cette harpie ? Le vainqueur d’un combat déloyal était un lâche, c’était ce que lui avait appris ses parents. L’instruction de son père lui revint immédiatement en mémoire : « Gagner c’est bien beau, mais avec bravoure, c’est trois fois mieux ! » La voix de la Verte mit cours à la réflexion du Jaune :


      « Tu as dit “Gamine” le Fanatique ? Eh bien il semblerait que tu ne saches pas à quel point c’est vrai ! »


    Et sur ceux, le jeune homme reçut une boule de neige en pleine face, l’autre prit soin d’atterrir sur son épaule droite.

      « MacFear… » prononça-t-il alors qu’il s’essuyait les yeux. « Espèce de Cognard !!! »


    Il comprenait maintenant pourquoi le Choixpeau l’avait envoyé à Poufsouffle. Il venait de rencontrer le pire ennemi d’un duelliste : la gentillesse, et celle-ci, au vue du ce qu’il venait de se dérouler, était un élément inscrit au plus profond de son être, au plus profond de son âme. Pendant cette attaque autant étonnante qu'inattendue, son adversaire avait eu le temps de reprendre son arme magique. En y pensant bien, Alexy estimait que le coup de la Serpentard était remarquable, quoiqu'elle soit son ennemie.

      « MacFear… » répéta-t-il. « Fanatique ? Moi ? Tu ne t'es pas vu ! »


    Gentillesse, bêtise suprême. Il venait de perdre son second avantage. Parce qu’il avait un premier avantage me direz-vous ? Bien sûr, et pas des moindres ! Il maitrisait les sortilèges informulés. Une bouffée d’adrénaline emplie tout son être ; au moins maintenant, le duel n’allait plus être injuste ; et il ne gagnerait pas comme un lâche.


Dernière édition par Alexy Montrose le Dim 21 Nov - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apple MacFear
Déesse des Pestes
avatar


Age : 23
Localisation : France

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Lun 6 Sep - 19:45


Un goût amer dans la bouche. Elle tremblait, tremblait, et tremblait encore. De froid ? Non, elle aurait pu, mais non. De peur ? Non, elle n’avait pas peur; jamais. De rire ? Si seulement ça avait été ça ...
Non, elle tremblait de rage. Oui, une bouffé de rage l’envahit, coula dans ses membres et elle se mordit la langue jusque sang pour éviter de se lancer tête baisser contre cet abruti. Lui aussi, il l’avait regardé comme ça.
Comme eux, la première fois qu’elle était revenu de Poudlard.



Londres, Vacances de Noël de 2095.

Ca y est, le train est arrivé en gare. Habillée des quelques vêtements de civils que j’ai prit avec moi il y a deux mois, je me lève de la banquette, et je descend ma valise remplie de choses et d’autres, tout comme mon sac. J’ouvre la porte du compartiment, et je dis au revoir aux deux filles qui partageait celui-ci avec moi. Elles me font un signe de la main, je leur fait un signe de tête. Devant la porte, j’ai une irrésistible envie de sourire. Je vais bientôt revoir mon Père, mon cher Papa. Et par la même occasion, ma moldu de mère... Je m’en serais bien passé.
La porte s’ouvre enfin, et je descend comme tant d’autres apprentis sorciers suivis de leur valise. Je regarde autour de moi, mais personnes que je ne connaisse. J’attend un quart d’heure, mais la voie Neuf 3/4 se vide, et je n’ai pas envie d’être la dernière à sortir. Alors je passe le mur. Voilà, je comprend mieux. C’est ma boulet de mère qui est venu me chercher, aucun moyen qu’elle traverse pour la voie des sorciers.
Elle me jette un regard rapide, et me fait un signe de tête pour me saluer.

«  Bonjour..., ton voyage s’est bien passé ? »

Elle essaye d’entamer la conversation d’une toute petite voix. Elle me prend ma valise et avance d’un pat peu assuré et rapide, en direction de la sortie. Elle voudrait que je lui réponde, mais elle n’est même pas convaincu elle même. Après tout, c’est elle qui a lancé les hostilités. Je lui marmonne un « bien », vite fait, et fait une moue pour dire que je n’en dirait pas plus. Je n’en ai pas envie, et ma mère non-plus. Ca nous arrange toutes les deux, tant mieux. Pendant le trajet, elle ne dit rien, mais moi je me pose tout un tat de question. C’est Papa qui est venue me déposé avec Tonton et Tante Victoire quand j’ai prit mon train pour la première fois. Pourquoi il n’est pas venu me chercher ? Pourquoi ne m’a-til pas écrit d’autres lettres à part celle qui disait qu’il avait espérer que j’entre dans une autre maison que chez les Serpentards ? Moi je les aime bien, les Serpentards. Quel est le problème ?
Le problème, je vais bientôt le savoir. Nous sommes arrivées, et je cours en direction de la porte, le sourire aux lèvres cette fois. Je pousse la pat de la porte et je rentre en scandant la surnom affectif qu’on donne à son père : papa. Je le voit, de deux, prêt de la cheminer, j’avance les bras tendus pour un calin, mais il ne se retourne pas. Non, il n’y a que sa tête qui tourne à 90° et là, je me clou sur place. Mes membres sont fondue dans le lino, mes bras retombent le long de mon corps, je n’ai plus de voix.
Non, pas de mot pour qualifier ce regard, je tente quand même de lui parler.

«  Bonjour Papa. Quelque chose ne va pas ? »
«  On a fait toutes ces grandes maisons depuis plusieurs générations dans la famille... »

Ma mère à les bras sur les épaules et se frictionne contre l’entrée de la salle, elle regard le sol, pennée.

«  Gryffondor, Pouffssoufle, Serdaigle... Et toi, oui toi, tu es rentrée chez les Serpentards. »

La tonalité mit à travers le mot, me laissa bien entendre que quelque chose résonnait chez mon père en ce moment. J’ai levé les yeux vers lui. Du dégoût, du mépris. C’était tout ce que je représentait pour mon père à présent. Je me suis retournée, tête basse, t en sortant, c’est ma saleté de mère qui m’a achevé. Son regard exprimait de la pitié.


Poudlard, aujourd’hui.

Oui, de la pitié, et c’est ce qu’elle avait discerné chez le pouffssoufle. Ce sentiment qui lui avait fait prendre l’exil. Elle serra les dents. En fait, il se pourrait que ce n’est pas été de la pitié; mais elle, qui n’avait eu le droit à aucune marque de compassion positive ou de sentiment chaleureux à son égard depuis cinq ans, ne faisait plus la différences entre chaque regard. Sauf les mauvais, puisqu’elle s’en servait souvent.
Elle ne réfléchit plus bien longtemps et avança de presque trois pats en courant et pointa sa baguette sur la blonde.

- «  JE SUI PEUT-ÊTRE UNE COGNARD MONTROSE, MAIS TU PEUX RAVALER TA PITIE !! Elle me donne la nausée ! »

Ils étaient seuls, personne n’aurait pu l’entendre, mis à part l’écho lointain qui résonna dans la stade. Sa voix trahie malgré elle que sa gorge était presque nouée. Mais il était hors de question qu’elle pleur, non pas alors que ce jour là elle ne l’avait pas fait, et pas depuis cinq ans. Apple MacFear ne pleurerait pas pour une Saleté de Blond de blaireau fanatique et qu’elle haïssait. Qui sait, plus de notion de sentiment dans un tel état.

- «  Petrificus totalus ! »

Il n’était pas donné que son sort l’atteigne, mais elle ne se laisserait pas avoir facilement, elle était une bonne Serpentard, elle le prouverait. A tous.

_________________

~Ne m’importune pas, Invité...~
« Les hommes c'est comme une boîte de Dragées Surprises, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joachim Simmons
Poufsouffle
avatar



Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Lun 27 Sep - 17:39

Une réponse merci

_________________

Ca va guéri de ta double personnalité? Ouais super je suis ressorti, vu que nous sommes guéri ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy Montrose
Poufsouffle
avatar


Age : 26

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Sam 2 Oct - 14:39

    Il la regarda s’avancer de plusieurs pas devant lui et écouta sans ciller ce qu’elle avait à dire.

      « JE SUIS PEUT-ETRE UNE COGNARD MONTROSE, MAIS TU PEUX RAVALER TA PITIE !!! Elle me donne la nausée ! »


    Echange verbal sans grande importance pour l’instant, le meilleur est à venir. Dans un duel, chacun a le droit de confronter son adversaire dans le but potentiel de la déstabiliser ou de l’énerver. Les quelques mots de la pendarde n’avait eu aucun des effets cités précédemment. Cette phrase était en décalage avec l’individu qui la prononçait, comme si ce dernier voulait d’abord se persuader lui-même. Le Poufsouffle avait-il toucher une corde sensible de la Serpentard ? La réponse ne se fit pas attendre :

      « Petrificus Totalus ! »


    A croire que non… Deux mots, deux petits mots, et elle venait d’inaugurer un énième duel qui allait se clore sur la frustration des deux adversaires, déçus de n’avoir pas terrassé leur ennemi. Ainsi, par ses mots, le combat avait été engagé. Le meilleur était finalement arrivé plus vite que prévu. Le sortilège frôla son oreille droite et le jeune homme répliqua, dans la précipitation, par un Expelliarmus qui atterri bien trop loin de la cible prévue. Il décida de se séparer de son balai, logé sous son bras, qu’il balança le plus loin possible de la scène de cette confrontation titanesque, en espérant qu’aucun sortilège ne finisse sa course dans son merveilleux Eclair de Zeus.

    Cet objet magique était presque sa raison de vivre. Alors que certains individus trouvent distrayant et apaisant de jouer aux échecs ou faire une partie de bavboules, lui au contraire préfère décompresser avec un match de Quidditch tumultueux et bien musclé pour oublier l’espace d’une heure le surmenage scolaire et libérer la frustration de ne pas réussir à mener la Maison du Blaireau à la victoire dans la redoutable guerre inter-maison. La partie est d’autant plus intéressante quand l’adversaire se trouve être la vile Maison du Serpent ; la victoire se transforme en triomphe, une défaite en débâcle. Ce n’était pas pour rien que son pire ennemi, en l’occurrence une fille, l’était devenu suite à un sabotage de match, capital qui plus est ! On dit communément que la colère nous aveugle. Ce jour-là, si un joueur de son équipe de l’avait pas désarmé pas un
    Expelliarmus puis immobilisé, il aurait réduit en miettes cette impertinente et aurait fait d’elle de la chair à pâté pour les Sombrals !

    Un sort passa de nouveau tout proche de lui, ce qui l’obligea à abandonner ses rêveries. Il venait d’échapper de peu à l’humiliation. Il se mit en position de combat, la baguette en avant, pointée sur son adversaire, et le fixa du regard. Un jet de couleur bleu émeraude sorti de sa baguette sans même que la bouche du garçon ne bouge. Il venait de lancer un
    Rictusempra. L’avantage d’être en 8ème année, et de combattre un élève de niveau inférieur, c’était de pouvoir utiliser les sortilèges informulés sans être inquiété une seule seconde. Un sourire machiavélique se dessina sur son visage lorsque cette pensée lui envahit l’esprit. Mais elle était tenace la petite. Chaque sort reçu devait blesser son amour propre, et à chaque fois qu’ils se croisaient, elle revenait à la charge.

    Deux sorts jaillirent de sa baguette ; il espérait que son sortilège de confusion appuyé d’un
    Incarcerem atteignissent la cible vivante.




[HJ : encore désolé pour le retard !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apple MacFear
Déesse des Pestes
avatar


Age : 23
Localisation : France

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Jeu 14 Oct - 13:31

Par la barbe de Merlin, il n'avait fait que lui frôler l'oreille ! Ce Petrificus Totalus n'aurait pas pu atterrir en plein milieu de son visage ? Sur son nez, par exemple !
Non, le Fanatique avait eu le temps de décalé sa tête sur le côté. Et à ce moment, la verte s'imaginait en train de lui faire, ce truc que les moldu bizarre avec des plumes sur la tête et de la peinture sur la visage, faisait dans le temps aux blanc. Un… un scalpe !
Il répliqua out de suite, d'un expeliarmus qui fit que Apple se posa des questions. Evidemment, il y avait de quoi, le huitième année ne l'avait même pas frôlé. Il sortait d'où, ce sort ? Elle avait connu mieux, il était malade Monty ?

Le pouffy jeta plus loin son outil à faire le ménage, et se mit à réfléchir, se qui rappela à la MacFear que c'était de ce truc en bois qu'il avait faillit tomber le jour où il était à deux centimètre de faire gagner sa maison à la place de celle de la jeune fille. Un tout petit expeliarmus en plus ! C'est vrai qu'ils avaient du les séparer, par la suite, pour ne pas retrouver le terrain décomposé, et bon pour une taverne pour les crabes de feu. En attendant, il n'avait pas à penser alors qu'elle était sur le point e lui mettre la raclée de sa vie. Furieuse, elle lança un Tarantallegra qui frôla son pantalon, zut de zut.

Et puis, il se réveilla enfin, secoua la tête, et pointa sa baguette sur la Serpentard.
Un jet bleu non identifier en sortit. Non de Non ! Il utilisait les sortilèges informulés !
Elle n'était pas embêtée comme ça ! Elle eu tout juste le temps d'utiliser un:

- Protego !

que le sort se cogna sur le bouclier invisible, la fassent chanceler de quelque pats en arrière. Elle lui lança un autre sort, puis encore un autre, mais ils se croisaient avec ceux du blond. Alors d'un coup, il ne trouva rien de mieux que d'en lancer deux. Temps pis, Apple arrêterai le premier, moins le deuxième. Le premier alla s'écraser à un mettre d'elle, le second passa alors sur ses jambes qui se retrouvèrent habillement serrées par un incarcerem. C'était son sort de prédilection contre les imbéciles volant qui s'en prenait à son équipe de quidditch, elle n'était pas censée se retrouver à leur place !

~ Apple MacFear, troisième année, Serpentard contre Gryffondor, entraînement.


- Je te dis que j’ai réservé auprès du professeur de notre maison ! s’écria-t-il.
- J’en ai rien à cirer, bouffon, alors vire toi de là, mon équipe et moi, on veux s’entraîner.
- Mais bien sûr, évidemment, vous en avez réellement besoin, après tout !
- Qu’est-ce que t’as dis, Bouffondor ?
- J’ai dis, espèce de serpent mal sifflé, dans un sous-entendu, que ton équipe et toi jouez comme des pieds !

D’un côté, on trouvait les rouges, de l’autre, les verts, un face à face amusant, quand on était dans les tribunes avec son livre, à faire semblant de lire. Non, elle n’était pas venue pour regarder les « magnifiques » joueurs de quidditch de la maison du serpent, non, juste pour les regarder s’entre tuer avec les rouges de la maison du lion; car après tout, c’était elle qui avait demander à ce que les horaires des Serpentard soit changer, spécialement pour assister à cette altercation. Il était évident que ce n’était pas cette excuse q’elle avait donné au professeur. En attendant, caché derrière son livre, les yeux juste au bon niveau pour voir toute la scène, elle se régalait.
La capitaine des rouges et or sourit de provocation à celui de sa maison, et la jeune fille dressa un sourcil, attendant avidement la suite des événements.

- Tu me cherches, là ? s’énerva-t-il.
- Non je t’ai déjà trouvé, répondit le fou.
- tu te moques de moi, pas vrai ?!
- Peut-être mais ça tout le monde le fait, demande à ta copine !
- Pardon ?!! s’écria les verts, furax.
- Tu es sours ? J’AI DIS DEMANDE A TA COPINE ET A TON BATTEUR TU VERRAS TU SERRAS SURPRIS !

Complètement hors de lui, l’attrapeur des verts se jeta sur le gigolo qui se payait sa tête et osait remettre en question la fidélité, et de sa copine, et de son batteur, qui était par la même occasion son meilleur ami. Puis se fut le tour des deux équipes de se jeter dans le tas. Les sorts fusaient, les coups aussi. A un moment elle aperçu un gryffondor attraper le balai de son attrapeur, prêt à le briser. Or, le match, c’était demain, et à moins d’un miracle, le jouer n’aurait pas le temps de trouver un autre balais. Mais la MacFear ne croyait pas au miracle. Elle posa son livre, sortit sa baguette, et lança son sort sur le bouffondor, qui se retrouva part terre ficelé, attirant l’attention de tous les autres, qui, lorsqu’ils se retournèrent, ne trouvèrent qu’une écharpe sur les tribunes.

~Aujourd’hui.

Au même endroit, il y avait eu le capitaine remplaçant des bleus dans les mois qui suivirent, un batteur rouge, bleu et un jaune aussi, puis un imbécile lanceur de souaffle des bleus et des rouges, bref, un grand nombre.
Alors pourquoi c’était à sont tour, de se retrouver enchaînée ? C’était idiot, ridicule, impossible.


Sautant d'une façon grotesque - qui l'exaspéra encore plus, à pied joint dans le but de rester début, elle respira profondément, et lança le maléfice du croche pied, sauta, tenta celui du cuisant, sauta une nouvelle fois et finit par un Lashlabask.
Elle cessa de rebondir, et lutta pour garder l'équilibre, et voir ce qu'il advenait de l'imbécile qui l'avait mis dans cette situation peu réjouissante. Apple lui lança un regard peu amen.

_________________

~Ne m’importune pas, Invité...~
« Les hommes c'est comme une boîte de Dragées Surprises, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy Montrose
Poufsouffle
avatar


Age : 26

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose) Dim 21 Nov - 15:51

    Elle ne savait pas du tout à qui cette insignifiante Serpentard avait à faire ! Elle avait commise la plus terrible erreur de sa modeste et dérisoire vie le jour où elle s’était prise à Lord Alexy Montrose, duc de Newcastle. Elle allait le payer, mais pas aujourd’hui, dans cette enceinte de Quidditch battue par les vents. Mais on peut dire que cela allait être un avant-goût, sorte d’échauffement. Le premier sort du jeune homme fut bloqué par un Protego mais son dernier sort avait atteint sa cible comme il l’avait désiré. Manque de pot il adorait les cours de sortilèges et ceux de défense contre les forces du mal, et sans se lancer des fleurs, il n’était pas trop trop mauvais dans ces matières. En somme, il était un adversaire coriace, entêté et qui plus est rancunier quand on s’attaque à son honneur et à celui de sa maison. Un sourire démoniaque s’afficha sur son visage rougi par la froid lorsque la fillette s’écroula sur le sol comme un vulgaire saucisson. Quoi qu’on en dise, l’Incarcerem n’est pas un sortilège pour les enfants ou pour les demeurés. Voir son ennemi à terre non par KO est toujours très jouissif, et c’était sans doute la raison pour laquelle ce sort était énormément utilisé lors des duels. Quoi de mieux que d’observer son adversaire s’efforcer de se remettre debout dans la plus grande difficulté ou de ramper comme une limace pour se déplacer. C’était souvent à ce stade de ce dernier implorait la clémence du duelliste gagnant. Néanmoins Alexy avait appris qu’avec la Pendarde, certains s’obstinaient à poursuivre le combat, même s’il était perdu d’avance.

    Il ria comme un bossu lorsqu’il vit la Verte sautiller comme… comme une grotesque Serpentard qui saute à vrai dire ! Un spectacle tel que celui-ci est vraiment pitoyable mais tellement risible !!! Puis il se retrouva à terre, incapable de décoller ses jambes. La garce, elle lui avait lancé le sortilège du croche-pied ! Par chance, il évita le second sortilège qui passa à quelques centimètres de son visage mais ne put esquiver le troisième qui le fit hurler comme un chien à l’agonie. Son visage lui faisait horriblement mal, comme s'il avait été brulé, et la douleur s’accentua quand une rafale s’engouffra sur le terrain. Son écharpe était troué, il en devait être de même de son bonnet ainsi que de son manteau. Elle avait de toute évidence lancer un
    Lashlabask. Elle était complètement cinglée cette gonzesse !!!

      « Espèce de… Lèchebouse ! Tu vas t’en souvenir de cette confrontation !!! Dentesaugmento. »


    Mais alors qu’il allait continuer par le sort du Crâne chauve, celui de Folloreille et le sortilège insectisant, la Pendarde se rebiffa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose)

Revenir en haut Aller en bas

Chaleureusement Glacial. (Pv: Alexy Montrose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hogwarts :: ¦ Les Alentours de Poudlard ¦ :: Le Terrain de Quidditch-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit