AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Solitude quand tu nous tient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Age : 27

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Solitude quand tu nous tient Mer 27 Oct - 22:54

    Etre perchée sur un arbre augmente-t-il le sentiment de solitude ? C'était la question à laquelle Enzelta était possiblement en train de répondre car elle était effectivement perchée dans un arbre à quelques mètres de l'orée de la forêt interdite. Mais en fait, elle lisait un livre sur les potions, intitulé "La renaissance des potions au cours du XVIIe siècle à travers l'Europe", le nom de l'auteur était effacé, mais il faut avouer que c'était pas le nom de l'auteur qui intéressait notre Préfète-en-Chef. Mais les potions.... Cela faisait bien 7 années qu'elle était l'une des têtes de listes en potions à Poudlard, elle n'avait pas obtenu un Optimal à son OWL de potion !!! Bon, il faut dire qu'avoir à préparer un philtre de paix... ben c'était pas si terrible que ça, enfin, de l'avis d'Enzelta.
    Citation :

    C'est au milieu du XVIIe siècle que la potion de ratatinage a été redécouverte par le bulgare Detreknocv, qui, après avoir transcrit un parchemin aurait retrouvé la façon exacte de mettre au point ce breuvage. C'est aussi lui qui en aurait décrit tous les effets sur un être vivant...

    La potion de ratatinage était désormais au programme de troisième année, et ce depuis des années, puisque le père d'Enzelta l'avait aussi étudiée cette année là. Et Hendrew l'avait étudiée aussi l'année passée. Perchée sur sa branche, couverte de deux pull-over, de sa robe de sorcière et de sa cape d'hiver, elle avait aussi enroulé son écharpe verte et argent autour de son cou. Encore une fois, elle se demandait si cette potion de ratatinage, il n'y avait réellemetn aucun moyen de la modifier, de l'arranger, car on ne leur apprenait que la potion de ratatinage pour les êtres vivants... mais... sur les objets, ça donnait quoi réellement ?? Elle avait tenté parfois, et les résultats, plus que surprenants étaient relativement décevants. Et elle laissa ses pensées se dérouler au fil du vent. Ses cheveux, lors des bourrasques, s'emmêlaient et se mêlaient aux feuilles qui se détachaient des arbres pour tomber au sol. Elle frissonnait, mais aimait ce contact froid de l'air parfaitement naturel, moins humide que dans la salle commune des verts, assez bruyantes ces temps-ci, car les membres de la confrérie réellement connus étaient des Serpentard, bien évidemment. Enzelta fuyait la salle commune, prétextant être très prise par son double rôle, même si elle se devait de prendre son courage à deux mains pour aller voir le directeur, ou, à la limite le directeur adjoint, mais le professeur de DCFM était... assez flippant, il faut l'avouer. Ce duoble rôle qu'elle avait accepter de jouer était parfois assez dur à remplir, même si son tempérament de cheftaine était comblé, elle n'était pas, au fond, cette vipère sans coeur qu'elle laissait paraître !!

    Soudain, le bruissement des feuilles, aussi régulier qu'un bruit de pas normal lui parvint aux oreilles. Elle baissa les yeux, et aperçut une grande silhouette, fine et ample. Cette silhouette d'un des nouveaux professeurs. Ce n'était pas le professeur Forthee, directeur des gryffondors, car Enzelta savait qu'il avait cours avec la plupart des élèves de la branche ministère... Et elle le reconnaissait entre tous, pour avoir discuté avec lui lorsqu'elle pensait entrer au club de duel. Mais... cet homme, car c'était bien un homme, et non une femme, Enzelta n'arrivait pas à le resituer... probablement le professeur d'Alchimie, qui avait aussi ouvert son cours en option pour les niveau ASPIC.... Mais aucune idée fixée sur son identité... Notre verte se redressa, il était 15h de l'après-midi, elle avait donc le droit d'être ici, et savait qu'elle ne risquait strictement rien, puisque en vue des personnes qui s'approchaient de la lisière de la forêt...

_________________

« Le règlement c'est mon dada. » ~~ ~~ « Nous avons les moyens de vous faire parler ! »
« Êtes vous classés dans la catégorie humain ? Négatif, je suis une mite en pull-over. »

Note aux membres
: lisez les conditions d'admission aux groupes spéciaux !! Généralement tout est indiqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tient Jeu 28 Oct - 1:35

-Œil de scarabée, sang de salamandre, essence d'ellébore, corne de bicorne en poudre et solution de Mercure...

Friedrich avait passé sa journée à courir à droite et a gauche du château pour trouver toute sorte d'ingrédient qu'il avait besoins, pour créer un artéfact fort utile selon lui. Comme l'hiver approchait, et le froid avec, il avait décidé de transformer sa montre à gousset en petit chauffage portatif. Car les froide journée à passer dans ses cachot lui paraissait fortement déplaisante au vu de la température. Et encore, l'automne venait de commencer. Il avait donc réussit a trouver à peu près tout les ingrédients dont il avait besoin, enfin d'après lui.

Il revenait a présent de la tour d'astronomie, ou il avait pu trouver les quelques goutte de mercure dont il avait besoin, et s'apprêtait a retourner dans son bureau concocter un jolie petit artéfact, quand soudain il se stoppa net. Si quelqu'un l'avait croisé à ce moment là, il aurait pu croire que Friedrich sortait tout droit d'un asile. Il avait gardé exactement la position dans laquelle il se trouvait avant d'avoir eu son éclair de lucidité. Jambe tendu, bras en avant, stoppé net dans sa marche, telle une statue à son effigie. Et son teint palabre n'arrangeait guère les chose.


-Mais quel idée de troll à bien pu me passer par la tête, des Orties séchées, mais bien sur, il me faut des Orties séchées sinon comment la condensa...

Et voilà qu'il était repartit a parler tout seul. Tout en balbutiant des phrase incompréhensible pour des simple sorcier inculte de l'alchimie, il continua sa marche en accélérant le pas. Un tourbillon d'idée venait de lui traverser l'esprit fusant à toute allure dans sa petite tête. Il venait d'ajouter un nouvel ingrédient pour sa montre chauffage. Et il allait devoir aller en chercher.

-Il me semble en avoir vu près de la foret interdite...

Tout en regardant sa futur bouillotte personnelle qui lui affichait 15h il se dirigea donc vers le parc du château en grommelant toute sorte d'insulte lui étant destiné. Mais l'idée de sortir par ce temps, lui était guère réjouissante. Rien que de penser sentir le froid sur son visage le rendait plus qu'énervé. Et puis il n'avait pas le temps de passer prendre un manteau pour sortir, il voulait finir ça le plus tôt possible. Il venait d'arriver devant les grande porte du château. Hésitant un instant il sortit finalement dans le froid.

Il n'était pas plus frileux que ça pourtant, Il avait vécut dans des endroit bien plus chaud, et bien plus froid. Mais maintenant qu'il le pouvait, il tenait a son petit confort. Tel qu'il l'avait imaginé, il faisait froid dehors. Mais il ne se découragea pas, bien déterminé à trouver des orties. Le vent soufflait dans les arbre de la foret, et plus il s'en approchait plus celui ci s'étouffait. Il arriva donc en lisère de la forêt, a la recherche de malheureux Ortie, qu'il pourrait faire sécher à sa guise, et utiliser dans son artéfact. Il crut en apercevoir au pied d'un arbre, au loin, il marcha donc dans sa direction. Il fut bien déçut de voir qu'il s'agissait en réalité de vulgaire plante grimpante.

Il entendit alors un froissement de feuille, comme les page d'un livre qui venait de se tourner. Fried leva les yeux et aperçut alors une jeune fille. Elle portait les couleur de serpentard. Il lui semblait l'avoir déjà vu dans le château, mais de la à dire si il la connaissait, il y avait tellement de monde dans se château, pourtant Fried à la mémoire des visage. Mais que pouvait elle donc faire là. Dans le froid toute seul. Elle tenait un livre dans la main traitant des potions. Fried avait déjà lu ce livre, il en connaissait même l'auteur, une amie à lui, enfin était une amie à lui.


-Hum, hum. Bonjour, jeune fille, que faite vous perché dans votre arbre seul par ce froid glacial ?

Rien qu'a ces mots il tressaillit de froid. Il ne laissa pas la jeune Serpentarde lui répondre qu'il enchaina tout de suite avec une autre question.

-Savez vous ou puis-je trouver des Orties ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Age : 27

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tient Dim 31 Oct - 23:39

    Le professeur commençait à s'avancer un peu dans la forêt interdite. Forcément, en bon sorcier il la repéra facilement, perchée à quelques mêtres du sol. Il fallait aussi dire qu'elle n'avait rien fait pour se camoufler. Et il lui adressa la parole :
    -Hum, hum. Bonjour, jeune fille, que faite vous perché dans votre arbre seul par ce froid glacial ?Savez vous ou puis-je trouver des Orties ??
    Il enchainait ses questions, comme si la première n'avait en fait aucune importante à ses yeux. Mais Enzelta, bien que n'étant pas une sorcière confirmée, avait bien remarqué que le fait d'être au froid ne plaisait guère au professeur. Auquel, d'ailleurs, elle répondit de manière neutre. Elle ne savait pas tellement comment se comporter avec les nouveaux professeurs, déjà, elle était presque persuadée que le professeur Forthee avait remarqué que "quelque chose ne tournait pas rond" chez elle.

      Enzelta de Rocan, Monsieur, et je suis ici histoire d'éviter... le surplus de monde à la bibliothèque ou dans ma salle commune... Elle fit une courte pause... ce visage... il fallait qu'elle se souvienne du banquet de début d'année Vous êtes le professeur Wolff n'est ce pas ?


    Et encore une fois elle s'arrêta, si elle ne se trompait pas, elle avait en dessous d'elle le professeur chargé de l'étude de l'Alchimie, qui avait ouvert une option pour les post ASPIC. Et si elle en croyait les rumeurs, il était assez talentueux dans ce poste, un peu comme le professuer Forthee, sauf qu'Enzelta n'appréciait pas tellement les duels. Reprenant un peu ses esprits, et essayant de camoufler son regard à la fois curieux et impressionné, elle finit de répondre au mini interrogatoire de l'homme au teint blafard.

    • Pour les orties, vous pouvez en trouver dans une vingtaine de mètres, en suivant le sentier sur lequel vous vous trouvez. S'il n'y en a plus, c'est que le garde chasse est passé par là. Et dans ce cas, je ne pourrais pas vous aiguiller vers un autre endroit.


    Décidant de rester polie, et donc de ne pas frôler la déstabilisation du professeur, la Préfète en Chef reposa son attention sur son livre. S'il voulait continuer la conversation, libre à lui, mais elle ne lancerait pas elle-même de conversation, au risque de paraître impolie. Et puis, elle était bien toute seule, posée sur son arbre.



_________________

« Le règlement c'est mon dada. » ~~ ~~ « Nous avons les moyens de vous faire parler ! »
« Êtes vous classés dans la catégorie humain ? Négatif, je suis une mite en pull-over. »

Note aux membres
: lisez les conditions d'admission aux groupes spéciaux !! Généralement tout est indiqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tient Lun 1 Nov - 12:42

La jeune Serpentarde venait de se présenter elle s'appelait Enzelta de Rocan. De Rocan, cela lui était vaguement familier. Et après tout il avait connu beaucoup, très beaucoup de famille de sorcier. Il était donc fort possible qu'il est pu rencontré les ancêtre de la demoiselle. Enfin bref, après sa courte présentation, elle lui demanda quelques chose d'étonnant. Enfaite il y avait peut être une personne dans ce château qui se rappelait de lui sans avoir un relan de dégout en y pensant, car la jeune fille venait de lui demander s'il n'était pas le professeur Wolff, et tout cela sans le dévisager d'une manière agaçante.

Fried resta planté devant elle comme lorsqu'il eu son éclair de lucidité quelques minute auparavant. Il voulu lui répondre mais celle ci enchaina avec la réponse à sa première question, les orties. Son intérêt revint alors à sa montre qu'il allait pouvoir transformer. Il écouta attentivement. D'après la Serpentarde il y avait des Orties à une vingtaine de mètre en longeant la route. Fried sauta littéralement de joie. Tout n'était pas perdu pour lui. Le sentiment de chaleur qu'il allait bientôt pouvoir avoir le réchauffait presque. D'un signe de remerciement de la tête il fit signe de s'en aller, mais après quelques pas il se retourna.


-J'en oublierais presque la politesse dans tout cela. dit il tout en revenant sur ces pas. Je me prénomme Friedrich Wolff, professeur d'Étude et Histoire de l'Alchimie.

La jeune fille regardait toutjours son livre. Elle avait l'air passionné par ce qu'elle lisait, et donc de surcroit passionnée par les potions. Cela faisait plaisir a Fried de voir des jeune toujours aussi intéressé par l'art de confectionner les potions. Beaucoup de personne pensaient maintenant que les potions était révolu et que l'on pouvait tout faire avec de simple sortilèges. Mais les gens avait tord, enfin selon Fried. Car si les gens pouvait connaître tout ce qu'il connaissait sur l'alchimie il ne dirait plus cela.

Fried était encore repartit à rêvasser sur les bienfait de l'alchimie dans le monde quand il se rendit compte qu'il n'était pas seul enfaite. Il avait totalement oublié la raison pour laquel il en était venu a parler d'alchimie. Ah oui, la jeune serpentarde qui lisait un livre sur les potions.


-Vous m'avez l'air intéressé par les potion, mais pourtant il ne me semble pas vous avoir vu inscrite dans mon cour. Si vous êtes doué en potion pour pourrez faire des merveille avec l'alchimie. Tenez par exemple si je cherche des Ortie c'est pour transformer cette montre qu'il sortit avec un grand geste brusque et qu'il montra a la jeune fille en un chauffage très puissant capable de réchauffer entièrement la personne qui le touche. Et voilà encore repartit a divaguer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Age : 27

Feuille de personnage
Relations
:
Sac à malice:

MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tient Sam 20 Nov - 15:25

Raaah, mais les gens sont impossible à vivre !! Enzelta était venue se poser ici dans le froid, dans le but d'être seule, tranquille, et de pouvoir continuer à parfaire ses connaissances sur ces potions qui lui paraissaient assez simplistes. Et voilà qu'il revenait sur ses pas, et relançait la discussion.
-Vous m'avez l'air intéressé par les potion, mais pourtant il ne me semble pas vous avoir vu inscrite dans mon cour. Si vous êtes doué en potion pour pourrez faire des merveille avec l'alchimie.
Elle releva la tête, haussant un sourcil. A croire qu'ils s'étaient passé le mot, avec le professeur Forthee pour la faire entrer dans ces nouveaux enseignements : l'un lui avait demandé d'entrer au club, ou de suivre au moins une réunion avant de se décider. Et l'autre, paf, il la voit en train de lire un livre sur les potions et il lui propose d'entrer dans l'option post BUSE d'Alchimie. Elle esquissa un sourire, il fallait dire que l'idée d'entrer dans l'option lui avait traversé l'esprit lorsqu'elle avait eu vent des formations proposées pour les années Supérieures.


" Intéressée par les potions ?? Laissez-moi rire Professeur. Le mot passionnée conviendrait beaucoup plus. Et si je ne suis pas inscrite à votre cours, c'est que j'ai bien trop de choses à faire pour le château et ses occupants, en plus de mes matières imposées pour les ASPIC cette année. "

Dans un coup de vent plus fort que les autres, le sourire d'Enzelta fut caché par les cheveux virevoltants de la préfète en chef. Non, ell ene s'était pas encore présentée comme PeC pour Poudlard, et agent de la Réformatrice. Il fallait attendre de voir. Elle n'avait aucune envie de découvrir son double rôle qu'elle camouflait à la perfection jusqu'à présent.

Il vous reste de la place dans l'option ? Si je réussis à m'organiser je pourrais essayer de suivre votre enseignement.

Comment ?? Elle changeait d'avis ?? Non, c'était une opportunité, à la fois de pratiquer ce qu'elle aimait, et de découvrir cet art sous une nouvelle approche. Un vrai défi. Mais l'autre vrai défi serait de convaincre Auristelle de la laisser suivre l'option du professeur Wolff, car Enzelta savait que les heures d'enseignement d'Alchimie se trouvaient sur les rondes ou les réunions d'Enzelta, avec la Réformatrice, Rubens, et parfois avec les autres membres de la réforme. Elle allait encore devoir jouer fin si elle réussissait à convaincre la Réformatrice, sinon elle passait par Lysander, en aucun cas elle ne pourrait passer par les professeurs Hanzle et Finnigan, ce serait une trahison au plus haut point, et il n'était pas encore temps qu'Enzelta laisse tomber sa couverture.

_________________

« Le règlement c'est mon dada. » ~~ ~~ « Nous avons les moyens de vous faire parler ! »
« Êtes vous classés dans la catégorie humain ? Négatif, je suis une mite en pull-over. »

Note aux membres
: lisez les conditions d'admission aux groupes spéciaux !! Généralement tout est indiqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tient

Revenir en haut Aller en bas

Solitude quand tu nous tient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hogwarts :: ¦ Les Alentours de Poudlard ¦ :: La Forêt Interdite-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard